Apprendre le "non" à mon chien - J'éduque mon chien

Apprendre le « non » à mon chien

Le chien est le meilleur ami de l’homme, dit-on souvent, ce qui fait qu’on le retrouve dans beaucoup de foyers. Il est un animal d’une bonne compagnie, mais pour qu’il soit facile à vivre et surtout qu’il peut suivre ce que vous lui dites, il est important qu’il soit éduqué. Parmi les bases de l’éducation d’un chien, se trouve l’apprentissage du « Non ». Il faut que votre chien comprenne que quand vous lui dites « non » cela veut dire que ce qu’il fait est mal et qu’il doit arrêter. Pour que cet apprentissage puisse se faire facilement et dans les meilleures conditions, vous devez donc suivre quelques étapes.

Comprendre le sens « non »

Il est très fréquent de remarquer l’usage du « non » ou d’un mot semblable pour exprimer un interdit. Toutefois, ce mot signifie-t-il la même chose pour un chien ? Est-ce qu’il en a exactement la même compréhension que nous ? Et surtout, est-ce que ce mot est bien employé dans son contexte ? Autant de questions à éclaircir avant de vous lancer dans l’éducation de votre chien.

Ce mot est généralement employé pour notifier à son chien de stopper une action ou d’arrêter ce qu’il est en train de faire au moment où l’ordre a été donné. Beaucoup de bouquins indiquent que le « non » doit être très tôt enseigné au chiot ou au chien adulte qui vient nouvellement d’être accueilli dans une famille. Ainsi, vous écarterez très tôt le risque que votre chien vous désobéisse ou qu’il vous domine.

Sachez qu’il n’existe pas un temps ou un moment propice pour apprendre les interdits à votre chien. Néanmoins, cela peut commencer à tout moment. Ne pensez surtout pas qu’il s’agit d’être violent, de lui crier dessus ou encore de le punir. D’ailleurs, si vous procédez de la sorte, vous êtes sûr d’échouer et qu’il aura peur de vous et restera à distance. Avant de vous lancer dans l’apprentissage du « non » à votre chien, il est important que vous puissiez lui expliquer le sens du non et des interdits.

Expliquer au chien que c’est interdit

Le plus important de tout est d’expliquer au chien que telle ou telle chose est interdite. Cette étape est importante parce qu’il s’agit d’un chien et que les chiens n’ont pas les interdits consignés dans les gènes. Vous avez donc intérêt à tout lui expliquer. Pour bien vous y prendre, la meilleure façon d’expliquer à un chien que telle ou telle autre chose est interdite est de lui indiquer ce que vous attendez réellement de lui en lieu et place.

Pour plus de compréhension, suivez cette illustration. Vous avez un chiot ou un chien adulte qui vous arrache votre casquette et la traîne partout. Vous lui dites simplement « non » et il stoppe. Cependant, quelques minutes, après, il reprend le même scénario. Cela devient une répétition, chaque fois que vous lui dites « non », il arrête et recommence après. Cela devient rapidement très agaçant.

Néanmoins, sachez que c’est normal puisqu’il s’agit d’un animal. S’il est capable de sentir que vous êtes en colère, il n’est pas certain qu’il sache exactement pour quelle raison vous l’êtes. En réalité, il ne sait pas ce que vous voulez qu’il fasse réellement, et c’est évidemment des choses que vous devez lui apprendre.

Transmettre une alternative

Des deux points précédents, vous devez déjà comprendre qu’il n’est pas suffisant de juste dire « non » au chien. Vous avez donc intérêt à lui faire comprendre votre attente et ainsi lui enseigner une alternative à son attitude gênante. Vous devez lui faire un détournement de comportement. Voici donc quelques techniques à utiliser avec votre chien.

  • Pour lui apprendre à ne plus aboyer sur les gens, vous devez garder vos distances chaque fois qu’il vous aboie dessus. Dès qu’il arrête d’aboyer, vous pouvez maintenant vous intéresser à lui.
  • Lorsque vous détestez qu’il mange vos pieds de chaises, vous devez lui donner un autre objet à mâchouiller, de quoi s’occuper.
  • Lorsque vous voulez lui interdire de faire pipi dans le salon, vous devez le sortir au bon moment et faire quelque chose pour le féliciter dès qu’il respecte votre désir.
  • Lorsque vous voulez lui interdire de monter sur le canapé, vous devez toujours l’amener à sa place ou dans son panier.

En résumé, au lieu de toujours lui dire juste « non » lorsqu’il fait mal quelque chose, il est plus conseillé de lui dire « fais ceci ou fais ça ».

Apprendre aussi vos limites

Dans toute éducation, il est important de maîtriser vos limites et celles de votre chien pour éviter toute déconvenue. Cela signifie tout simplement que vous devez être un tout petit peu charitable lors de l’apprentissage des interdits à votre chien. D’une manière générale, les chiens sont très tolérants. Il vous sera assez facile d’apprendre les interdictions à un chien qui n’a pas faim. Il y a donc un principe préalable à observer.

Dans le cas inverse, c’est le maître qui est parfois fatigué ou coléreux. Il est souvent difficile, voire très compliqué, d’atteindre son objectif parce que dans cette situation, à moindre chose, vous êtes énervé.

À titre d’exemple, lorsque vous êtes de bonne humeur et que votre chien fait quelque chose pour attirer votre attention, cela fait parfois plaisir et sourire. Alors que, lorsque vous êtes fatigué, cela devient rapidement agaçant parce que cet état d’esprit réclame le plus souvent du silence. Vous ne pouvez pas tolérer un comportement chez votre chien et lui définir des circonstances pour en jouir pleinement. C’est généralement inapproprié et illogique.

Un autre exemple. Vous acceptez que votre chien vous accueille chaque fois que vous rentrez du travail et il y est habitué. Un jour, vous revenez du travail et votre chien vous saute dessus alors qu’il a un peu de boue sur les poils. En réponse, vous vous fâchez et vous décidez de le réprimander ou de le punir. Cela est inacceptable, car vous ne pouvez pas définir des circonstances au comportement de votre chien.

Vous devez donc être très tolérant et surtout homogène et harmonieux dans vos interdits. Vous ne devez pas autoriser un comportement aujourd’hui pour l’interdire demain. Le chien ne comprend pas les exceptions. Dans l’apprentissage, vos choix ont des effets considérables sur vos chiens.

Apprendre enfin le « non »

L’utilisation du « non » seul ne suffit pas pour interdire une pratique ou une habitude à votre chien. Vous pouvez vous en servir comme d’une expression d’alerte ou de sécurité. L’objectif est que vous ne devez pas employer uniquement ce mot sans exprimer clairement vos attentes.

Mettez par exemple dans votre main gauche des friandises et essayez de tendre votre main droite à votre chien. Il aura tendance à se servir lui-même. Dès qu’il touche votre main, dites-lui NON sans pour autant crier. Lorsqu’il obéit à votre interdiction en détournant son regard, vous pouvez le récompenser d’un sourire et lui donner des friandises.

Essayez cet exercice à plusieurs reprises en le rendant peu à peu difficile pour le chien. Du moment où votre chien comprend que le « non » constitue une interdiction, faites très attention aux faux « non ». Chaque fois que vous lui dites « non » sur une pratique ou une habitude, n’oubliez jamais d’attirer son attention sur un autre comportement. Notons qu’il pourrait s’avérer néfaste pour l’apprentissage de votre chien le fait de répéter à tout bout de champ le mot « non ». Essayez donc de l’employer à des fins très utiles.

Évitez de dire « non » chaque fois que vous lui apprenez un nouveau comportement auquel il ne s’adapte pas rapidement et proposez-lui d’autres bonnes pratiques. Cela pourrait tuer l’envie de continuer l’apprentissage chez votre chien.

N’oubliez jamais que votre chien est un animal et qu’il a tout à apprendre du monde des humains. Vous devez donc être très indulgent et patient. Sachez qu’il n’est pas facile d’habiter un univers fait d’interdiction et de réglementation auxquelles on n’est pas habitué. Cependant, si vous mettez en pratique chacun de ces conseils suscités, vous apprendrez facilement le « non » à votre chien. Votre lien n’en sera que plus renforcé et harmonisé.

Une question ?